BASSENS 16 MAI 2019

Jeudi 16mai 2019 

BASSENS 

Bassens est une ville située sur la rive droite de la Garonne à une dizaine de km de Bx.

Elle est plutôt connue pour ses entrepôts qui bordent le fleuve et que l’on aperçoit en surplomb lorsque l’on emprunte le pont d’Aquitaine.

Mais qui dit rive droite, dit coteaux ou collines, et Bassens se décline en deux parties : la basse (zone d’entrepôts le long de la Garonne) et la haute (zone urbaine mais aussi « nature ») ; et pour se rendre de l’une à l’autre, il faut en passer par quelques côtes en sentiers ou escaliers. Donc, le petit jeu de nos organisateurs de la rando était, bien entendu, de monter et de descendre pour mieux remonter et redescendre.

Nos guides accompagnent 71 randonneurs depuis la plaine des sports du Faisan, les entraînant aussitôt  dans un petit chemin très verdoyant bordé de haies ou longeant une plaine et il en est ainsi tout le long de la randonnée.

Après une belle grimpette, nos efforts sont récompensés par une vue superbe sur la Garonne, le Pont d’Aquitaine et au loin le pont Chaban Delmas dont le tablier était remonté en prévision de l’arrivée du bateau le « Belem » faisant l’honneur de sa visite à Bordeaux.

Une petite pause du côté de l’église du XXIIème siècle qui semble posée sur le point culminant de la ville avant d’aborder une nouvelle descente et en gardant son élan pour se lancer sur la côte suivante.

Ouf, nous retrouvons du plat avec le parc de Beauval que nous traversons tranquillement, le temps de jeter un petit coup d’œil à l’éolienne « Bollé » (actuellement en réparation) dans un cadre qui  accueille un château du XVIIIème siècle, un lavoir, une ferme, un cuvier, un chai, une serre…

Nous touchons au but de cette rando un peu sportive mais qui présente l’avantage d’en profiter encore les deux jours suivants car nos jambes s’en souviennent…

Merci à nos organisateurs

 

SEJOUR A MONTAGNAC

Lundi 6 mai 2019

Nous sommes prêts. Un car de 61 randonneurs quitte Blanquefort à 6h37. Hop! En route pour le département de l’Hérault .

500 km plus loin, après les deux pauses prévues et quelques petites pannes de paupières, nous sommes accueillis à 12h45 au vvf de Montagnac par le soleil et les sourires de Sandra et Pénélope qui nous confient les clés de nos chalets et nous invitent à prendre notre déjeuner.

L’après-midi, pour nous dégourdir les jambes, la boucle de Bessilles jouxtant le centre de vacances nous attend. Joli parcours, un peu sportif comme en témoignent les photos. Mais rien ne nous arrête et les hommes, toujours bienveillants, aident à franchir les passages un peu délicats. Ce qui ne manque pas d’engendrer de belles rigolades. Un peu fatigués, la douche est appréciée. S’ensuit l’apéro de bienvenue et un bon dîner. Requinqués, certains se laissent embrigadés par Pénélope dans un karaoké plutôt drôle .

Mardi 7 mai 2019

Le lac du Salagou nous révèle toute sa beauté grâce à une météo idéale, un vrai miroir dans lequel se reflète tout le décor environnant; nous traversons un paysage lunaire composé de collines de roches rouges ou noires du haut desquelles nous avons une superbe vue sur le lac; nous faisons une petite étape à la chapelle Notre-Dame de Clans, tout en admirant une palette de couleurs, du rouge, du vert,  du bleu,  du jaune, on en prend plein les yeux.

Il faut recharger les  batteries. Nous nous installons au Pont du Diable pour notre pique-nique, puis direction Saint-Guilhem-Le -Désert; village pittoresque avec ses ruelles en pente bordées de boutiques artisanales, son abbaye, son cloître et une très agréable place ombragée par un énorme platane. Apéro déguisé (la troupe habituelle, à laquelle se joindront d’autres joyeux lurons, ne manque pas d’imagination) et le punch « Cuvée spéciale Christian » ragaillardit les coeurs.

 Mercredi 8 mai 2019

Ce matin, le gris prend le dessus. La pluie s’est invitée sur les sentiers des anciens salins de Mireval, les transformant en patinoire. Allez, on se lance car nous sommes venus admirer les flamands roses (blancs en ce moment). On soulève un peu la capuche du poncho pour voir de plus près les chardons bleus qui côtoient les genêts de couleur jaune vif. Cinq chevaux essaient de s’abriter sous un peu de végétation plutôt rase à cet endroit. Mais le sol glaiseux colle aux chaussures dont les semelles deviennent de plomb. Le vent s’est marié à la pluie. Une partie du groupe rebrousse chemin tandis qu’une douzaine de courageux décident d’aller jusqu’au bout. L’après-midi sera réservée à la visite commentée d’une huilerie d’olives. L’apéro est offert par Chantal et Claudine pour fêter leur anniversaire (avec une pensée particulière pour Claudine empêchée). Excellente soirée « gospel » avec trois sympathiques chanteuses bien en voix. Elles nous ont offert un beau concert tout en nous faisant participer  par la danse. En retour, nos choristes leur ont donné un échantillon de leur chanson fétiche « les oiseaux gaz……. ». Elles n’ont pas caché leur étonnement.

 

Jeudi 9 mai 2019

Ce matin, le beau temps est revenu. Tant mieux, car nous embarquons  depuis le Grau d’Agde pour une croisière sur le dernier tronçon du canal du midi qui débouche sur l’étang de Thau. Notre pilote, un passionné, nous raconte l’histoire de ce canal et nous fait découvrir, au passage, un ouvrage exceptionnel, une écluse ronde à trois portes. Il y fait une habile manoeuvre avec une précision d’horloger. Après une balade commentée au fil de l’eau, l’étang de Thau tranquille s’ouvre à nous; nous contournons les parcs à huîtres tout en savourant une petite dégustation bien appréciée. Débarquement à Marseillan. 

L’après-midi, rando citadine. Tout d’abord, le Mont Saint-Clair sur les hauteurs de Sète nous fait écarquiller les yeux tant le panorama est époustouflant à prés de 360° et, à proximité, le site des « pierres » blanches » tout aussi magnifique. Nous redescendons vers la corniche de Sète qui surplombe la Méditerranée et nous nous promenons jusqu’au port où les bateaux de pêche débarquent leurs poissons. Les mouettes tournoient autour pour essayer d’en chaparder au vol. Retour au centre, pas question de rater le rituel apéro déguisé (laissons parler les photos), suivi d’un bon dîner. Et pour épuiser le reste d’énergie, notre dynamique animatrice , entraîne à nouveau nos inconditionnels danseurs avec les musiques choisies. Merci Pénélope.